Le sang

I.Le sang et les généralités

Le sang est un fluide qui circule dans les vaisseaux sanguins du corps, constitué principalement d'un milieu liquide appelé plasma. Il est constitué à 55% de ce liquide plasmatique et à 45% des cellules sanguines: les globules rouges, blancs et les plaquettes. Le sang irrigue tous les organes et leur apporte les éléments nutritifs et le dioxygène dont ils ont besoins, et les débarrassent de leurs déchets. C'est donc un élément vital du système immunitaire.

 

Le sang fait partie du quotidien des scènes de crime. C'est un élément important, non négligeable à la résolution d'une enquête, apportant des indices considérables sur le déroulement de celle-ci. En effet, quelques échantillons de sang seulement peuvent donner des détails précis sur les séquences d'un homicide ou d'un accident. Après morpho-analyse de l'échantillon de sang, on peut par exemple déterminer:               

                                                          - le nombre approximatif de coups portés à la victime 

- le point d'origine de la projection (dans le cas d'un crime à arme à feu par exemple) 

                                                          - la position approximative de l'auteur ou de tout objet spécifique                                           

 

                                                          - le point d'origine de la projection (dans le cas d'un crime à arme à feu par exemple)                

                                                          - la chronologie des faits

                                                          -la nature de l'arme utilisée    (une arme blanche et une arme à feu ne laisseront pas les mêmes traces, deux armes à feu différentes telles un fusil et un pistolet par exemple, non plus)

Ensuite, on peut voir sur la victime si le meurtrier a tiré a bout portant, de loin, s'il a donné des coups puissant avec une arme blanche ou pas ... La disposition des traces de sang peuvent donc nous en apprendre un peu plus sur le physique du meurtrier, son sexe, son âge. Après l'analyse du sang trouvé, on peut aussi savoir ce qu'il en est sur l'organisme d'où le sang est issu, s'il contient des drogues ou des substances toxiques par exemple.

II.La recherche et la révélation des traces de sang

Pour rechercher les traces de sang éventuelles, la méthode optique la plus sûre est l'oeil nu. Cette méthode est efficace car le sang est assez facile à voir lorsque celui-ci n'est pas sur un support foncé, de la même couleur que lui surtout, ou lorsqu'il n'est pas sous forme de micro-traces.

Lorsqu'il est invisible à l'oeil nu ou trop difficile à remarquer, on peut le rechercher à l'aide d'un macroscope. Cependant, il est plutôt inutile de se compliquer la tâche alors que la recherche à l'oeil nu est simple, rapide et très efficace. Après avoir trouvé des tâches suspectes, les scientifiques vont avoir recours à des expériences mettant en valeur la présence ou non d'hémoglobine. Cette dernière est une protéine qui se situe principalement et en plus grandes quantités dans les cent cinquante mille milliards de globules rouges du sang. La fonction principale de l'hémoglobine est le transport de l'oxygène dans le corps humain.

 

 

 

Voici alors les tests les plus utilisés pour identifier d'éventuelles traces de sang:

-identification au luminol:

Le luminol est un produit chimique présentant une chimiluminescence. C'est à dire que lors d'une réaction chimique avec du luminol comme réactif, il y a pour conséquence la production de lumière. Lors de la réaction du luminol avec un oxydant adéquat se produit un éclat lumineux bleu. On utilise alors le luminol afin de détecter des faibles traces de sang, qu'elles soient lavées ou non. Aprés avoir préparé une solution de luminol, l'enquêteur pulvérise cette solution sur toute la surface ou le sang peut être présent. Le fer contenu dans le sang va catalyser la réaction chimique provoquant une luminescence, révélant à son tour l'emplacement du sang. Ce fer est en fait sous forme d'ion FerIII contenu dans l'hème de l'hémoglobine du sang. C'est donc l'hémoglobine qui est mise en valeur et qui révèle la présence de sang. La luminescence ici est un éclat bleu qui dure environ trente secondes. Il faut pour cela que la pièce soit sombre lors de la vaporisation de luminol. Malheureusement, la technique du luminol porte ses inconvénients. Ce dernier réagit aussi en présence de cuivre et de certains décolorants. Ainsi une scène de crime soigneusement lavée à l'eau de Javel peut empêcher cette technique de fonctionner normalement. Ensuite, le luminol détecte aussi les petites quantités de sang présentes dans l'urine.

-méthode d'orientation:

On utilise de l'eau oxygénée que l'on mélange au produit trouvé. L'hémoglobine du sang contient des ions FerIII, ce qui permet alors une réaction chimique:            Premièrement      H2O2 + 2Fe3+       ------>   O2 + 2H+ + 2Fe2+
                                     Puis               H2O2 + 2Fe2+ + 2H+   ------>   2H2O + 2F
e3+

A nos yeux, tout se passe comme si on avait:                               2H2O2 ------> O2 + 2H2O

Le ferIII joue alors le rôle de catalyseur dans cette réaction car il perd sa forme mais la reprend par la suite. Il y a donc une libération de dioxygène à la suite de cette réaction. La benzidine est une substance qui fixe le dioxygène. En présence de ce dernier, la benzidine va devenir bleue. Le produit est alors identifié en tant que sang. Le seul problème est que cette réaction marche pour tous les produits contenant des ions Fe3+, ce qui est

 par exemple le cas du jus d'orange. Cette technique porte donc une fiabilité assez faible.

-Dissociation de l'hémoglobine par l'acide:

Au contact de l'acide, l'hémoglobine se divise en deux parties, dont l'une se tranforme en chlorhydrate d'hématine. Elle se cristallise donc et prend une couleur qui lui est caractéristique, violette. C'est cette dernière qui va permettre de prouver la présence de sang.

 - Une quatrième méthode:

Elle consiste en la recherche de l'hémochromogéne alcalin au spectroscope. Si on arrive à détecter ce dérivé de l'hémoglobine, on est alors sûr d'être en présence de sang.

Une fois le produit identifié en tant que sang humain, les enquêteurs vont alors le prélever. Cela peut se faire avec des tampons de gaze ou des tissus de coton stérile, enroulés dans du papier ou placés dans un sac en papier ou encore dans une boîte.

 Après l'analyse du sang trouvé, on peut aussi savoir ce qu'il en est sur l'organisme d'où le sang est issu, s'il contient des drogues ou des substances toxiques par exemple.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site